GAFAM

Le blog officiel de Google France Découvrez l'actualité de Google et de ses produits en France

  • Notre achat en énergies renouvelables le plus important à date
    par Line Zouhour Adi le septembre 20, 2019 à 8:05

    La protection de l’environnement est l’une des valeurs clés de Google depuis ses tout débuts. Nous nous efforçons de réduire l’empreinte carbone de nos installations, de gérer nos achats en tenant compte des humains et de la planète, et d’être un acteur du changement à grande échelle à travers notre chaîne d’approvisionnement. L’un des piliers de nos efforts en matière de environnementale est notre engagement sur les énergies propres. Notre neutralité carbone date de 2007. Depuis 2017, nous sommes la première entreprise de notre taille à compenser intégralement sa consommation d’électricité annuelle avec des énergies renouvelables (et en 2018 également). Par conséquent, nous sommes devenus le premier acheteur privé en énergies renouvelables dans le monde. Aujourd’hui nous allons encore plus loin en réalisant l’achat en énergies renouvelables le plus important jamais réalisé par une entreprise. Cet achat comprend un ensemble d’accords allant jusqu’à 1.600 megawatts (MW) ainsi que 18 nouveaux accords énergétiques. Ces derniers vont augmenter notre portefeuille d’accords en énergies éolienne et solaire de plus de 40% pour atteindre 5.500 MW - l’équivalent de la production d’un million d’installations photovoltaïques en toiture. Une fois que l’ensemble de ces projets seront réalisés, notre portefeuille en énergies sans carbone produira autant d’électricité qu’une ville comme Washington D.C. ou des pays comme l’Uruguay ou la Lituanie. Nos derniers achats en énergie renouvelables vont augmenter de plus de 40% la capacité de notre portefeuille actuel. Nos derniers accords vont également générer la construction, pour plus de 2 milliards de dollars, d’infrastructures énergétiques, dont des millions de panneaux solaires et d’éoliennes sur trois continents. En tout, notre portefeuille en énergies renouvelables compte 52 projets, représentant plus de 7 milliards de dollars en nouvelles infrastructures et des milliers d’emplois. Pour s’assurer de l’impact maximal, nos derniers accords respectent les rigoureux critères d'additionnalité que nous nous sommes fixés il y a longtemps pour nos achats en énergie. Cela signifie que nous n’achetons pas l’électricité de fermes solaires ou éoliennes existantes, mais que nous nous engageons sur le long terme, ce qui permet le développement de nouveaux projets. Approvisionner les réseaux électriques en énergies renouvelables nouvelles là où nous consommons de l’énergie est un élément clé dans la poursuite de nos objectifs de n’utiliser de façon permanente que des énergies sans carbone dans nos opérations.De gauche à droite et de bas en haut : une sélection de projets en énergies solaire et éolienne qui approvisionnent Google en Suède, Caroline du Nord, les Pays-Bas, Oklahoma et le Chili. Ces 18 nouveaux accords concernent l’ensemble de la planète et incluent des investissements aux Etats-Unis, au Chili et en Europe. Aux Etats-Unis, nous achèterons 720 MW d’énergie renouvelable provenant de fermes solaires en Caroline du Nord (155 MW), Caroline du Sud (75MW) et au Texas (490 MW) - plus qu’un doublement en capacité de notre portefeuille solaire à date. En Amérique du Sud, nous ajoutons 125 MW issus d’énergie renouvelable au réseau de distribution électrique qui alimente notre data center au Chili. Près de la moitié de la capacité d’énergies propres achetées (793 MW sur 1,600 MW) concernent l’ Europe, et plus précisément la Finlande, la Suède, la Belgique et le Danemark. En Suède (286 MW) et en Finlande (255 MW), il s’agit d’un quasi-doublement des capacités en énergies renouvelables. Au Danemark, ce premier accord de 160 MW en énergie solaire, va permettre d’assurer le fonctionnement de notre data center local de façon durable dès le 1er jour. En Belgique, il s’agit de notre premier achat de grande échelle et la première fois également que nous achetons de l’électricité provenant de fermes éoliennes off-shore. En Europe, ces accords vont générer plus d’un milliard de dollars d’investissements en infrastructures pour les énergies sans carbone. Ces achats en énergies renouvelables ne sont pas seulement remarquables par leur taille. Jusqu’à présent, la majorité de ceux-ci aux Etats-Unis concernait l’énergie éolienne, avec le déclin du coût de l’énergie solaire (une réduction de plus de 80% ces dix dernières années), celle-ci est devenue particulièrement économique. Par ailleurs, notre accord au Chili est une première puisqu’il concerne l’achat d’énergie hybride provenant à la fois du solaire et de l’éolien. Parce que le soleil et le vent ne sont pas forcément actifs au même moment, nous associons ces deux types d’énergie pour que notre data center chilien fonctionne en grande partie de façon neutre en carbone.Au delà de notre fonctionnement, nous souhaitons rendre les énergies propres plus accessibles. Nous annonçons également aujourd’hui deux dotations disponibles via Google.org pour soutenir les entreprises qui interviennent dans l’ouverture de l’accès aux énergies vertes pour les sociétés, depuis le fleuriste au coin de la rue jusqu’aux distributeurs plus importants ou aux start-ups. Nous fournirons une dotation de 500.000 $ à la Renewable Energy Buyers Alliance (REBA) aux Etats-Unis et une dotation de 200.000 $ à RE-Source en Europe. Ces montants vont permettre de soutenir de nouveaux modèles d’achats, de fournir des formations et différentes ressources aux consommateurs et permettre un accès plus large aux énergies propres. Comme vous pouvez le constater dans notre ‘Environmental Report 2019’ publié récemment, ce sont deux exemples des actions que nous réalisons dans le cadre de notre lutte contre le changement climatique. Nous investissons également dans différentes technologies comme l’intelligence artificielle ou encore Google Earth Engine pour que nos actions dépassent le simple périmètre de nos murs. Notre objectif est de faire en sorte que ces technologies profitent à tous, et à la Terre en premier lieu. C’est dans ce sens que vont les actions annoncées aujourd’hui.Posté par Sundar Pichai, président-directeur général de GoogleSundar Pichaiprésident-directeur généralGoog […]

  • La disponibilité des vélos en libre service de la ville de Lyon, maintenant dans Google Maps !
    par Mathilde Méchin le juillet 17, 2019 à 12:03

    Dans les villes du monde entier, les habitudes de déplacement se voient transformées par un nouveau service en plein essor : les vélos partagés. Avec près de 1 600 solutions de partage de vélo et plus de 18 millions de vélos en libre service dans des villes du monde entier, cette tendance est devenue monnaie courante. Et pour cause, ce mode de transport pratique, abordable et sympathique permet en plus, d’éviter bien des soucis. À New York, touristes et habitants utilisent depuis un an Google Maps pour localiser les stations de vélos en libre service afin de savoir en temps réel combien de vélos sont disponibles dans une station donnée. Aujourd'hui, nous proposons cette fonctionnalité dans 24 métropoles de 16 pays, et Lyon sera la première ville française à en profiter !                                            De Lyon à Toronto, Google Maps vous permet maintenant de localiser les stations de vélos en libre service et de voir le nombre de vélos disponibles autour de vous. Vous connaîtrez également le nombre de places libres dans les stations proches de votre destination, afin d’y déposer votre vélo. Cela a été rendu possible grâce à l’intégration de nouvelles données dans Google Maps, en partenariat avec Ito World.Que vous voyagiez dans une nouvelle ville ou que vous planifiiez vos déplacements quotidiens, Google Maps vous permet de connaître toutes vos options de transport avec des informations en temps réel. De la même façon que Google Maps vous indique les horaires des bus et des trains, vous saurez maintenant quelles stations de vélos en libre-service ont un vélo disponible.Cette vue globale du partage de vélos est désormais disponible dans Google Maps sur Android et iOS dans les villes suivantes - en attendant bien d’autres : Barcelone, Berlin, Bruxelles, Budapest, Chicago, Dublin, Hambourg, Helsinki, Kaohsiung, Londres, Los Angeles, Lyon, Madrid, Mexico, Montréal, Nouveau Taipei, New York, Rio de Janeiro, la région de la baie de San Francisco, São Paulo, Toronto, Vienne, Varsovie, ZurichL’équipe Google Maps […]

  • Saint-Etienne accueille le 4e Atelier Numérique Google
    par Line Zouhour Adi le juillet 5, 2019 à 9:39

    Dix-huit mois après l’annonce du plan d’investissement de Google en France, nous sommes fiers d’inaugurer aujourd’hui le quatrième Atelier Numérique Google à Saint Etienne. Lancé en partenariat avec la Ville et la Métropole de Saint Etienne, cet espace de formation aux outils numériques, gratuit et ouvert à tous sera animé en collaboration avec une quarantaine d'acteurs publics, associatifs et privés locaux. Pourquoi un Atelier Numérique ?La France se hisse cette année de la 16e à la 15e position dans le classement européen des pays des économies numériques les plus avancées. Selon cette même étude, environ 57 % des français âgées de 16 à 74 ans possèdent au moins des compétences numériques de base. Preuve en est que l’Hexagone est sur une bonne lancée dans sa transformation numérique mais qu’il reste encore de nombreux défis à relever pour l’amener en tête du peloton européen.En tant qu’acteur technologique, nous sommes intimement convaincus que le numérique est porteur d’opportunités en termes d’emplois et de croissance locale, et que nous pouvons jouer un rôle pour renforcer cette dynamique prometteuse. C’est pourquoi Sundar Pichai, PDG de Google, avait annoncé début 2018 l’ouverture inédite de lieux physiques de formation aux outils numériques dans 4 régions de l’Hexagone, gratuits et ouverts à tous. Après Rennes, Montpellier et Nancy - où nous avons déjà formé 27.000 personnes en un an - nous ouvrons les portes du quatrième et dernier espace à Saint-Etienne. Entre les formations accessibles en ligne et les formations réalisée in situ partout en France, ce sont près de 100 000 français qui, chaque année, développent leurs compétences numériques avec Google. Photo de Aliocha BoiPourquoi Saint Etienne ?Ville en pleine mutation, Saint-Etienne fait montre d’une capacité de renouveau et d’un engouement pour le numérique qui en ont fait un choix naturel pour l’ouverture de l’atelier. Nous en avions fait l’expérience en sillonnant la région Rhône Alpes : depuis 2014, nous avons formé plus de 31.000 personnes au numérique - dont 10.000 professionnels, 14.600 TPE-PME et 2.000 étudiants - en passant par Clermont Ferrand, Lyon, Grenoble, Montélimar ou encore Villeurbanne.Saint-Etienne jouit également d’un écosystème local dynamique avec lequel nous sommes ravis de collaborer au sein de l’atelier au service des Stéphanois : la CCI Saint-Etienne, Sport dans la Ville, Ronalpia, ou encore Pôle Emploi font partie des 40 partenaires avec qui nous seront engagés dans la transformation numérique de la région. Enfin, l’Atelier Numérique fera honneur au design et à la création, un domaine porté par la ville de Saint-Étienne et un élément fort d’attractivité du territoire, avec dès l’été des conférences comme par exemple “Comment la pensée Design a réuni 2 icônes françaises : Obut x Astérix” assurée par l’agence Kosmoss. Faire du numérique un facteur d’inclusionSaint Etienne se distingue également par son intérêt pour l’économie sociale et solidaire. La thématique de l’inclusion par le numérique sera privilégiée en ce sens dans l’Atelier, avec un premier parcours Emploi proposé dès les vacances d’été ainsi que des formations dédiées à l'entrepreneuriat. Plus largement, cet atelier sera ouvert à tous les curieux qui souhaitent s’informer et se former au numérique : du marketing digital, en passant par l’initiation des enfants au code ou les formations pour aider les commerçants et artisans à construire leur présence en ligne, un large éventail de cours gratuits vous sera proposé du lundi au samedi de 9h00 à 19h00. Nous espérons vous y retrouver nombreux !Posté par Sébastien Missoffe, Directeur Général, Google FranceSebastien MissoffeDirecteur GénéralGoogle Franc […]

  • 10 jurés exceptionnels pour le Google.org Impact Challenge 2019 !
    par Line Zouhour Adi le juin 20, 2019 à 11:17

    Aujourd’hui, nous levons le voile sur la composition du jury du Google.org Impact Challenge ! Annoncé le 15 mai dernier au sommet Tech For Good, cet appel récompensera des organisations à but non lucratif dont l’ambition est de mettre le numérique à la portée de tous. Le rôle du jury sera d’encourager les votes en ligne du grand public et d’élire, parmi les 10 finalistes, les 3 projets qui monteront sur le podium. J’aurais l’immense honneur de présider ce jury composé en tout de 9 personnalités choisies pour la diversité de leurs parcours et leurs expertises tout en ayant en commun la volonté de s’engager à nos côtés pour favoriser l’accessibilité du plus grand nombre aux technologies. Cela témoigne de l’importance de cette problématique et de la nécessité de mobiliser toutes les énergies des secteurs privé, public et associatif pour faire bouger les lignes. Parmi eux, Sophie Vannier de La Ruche et Thibaut Guilluy de French Impact, organisations mobilisées à nos côtés dans le processus de sélection des candidatures et d’accompagnement des lauréats dans la réalisation de leurs projets.Nous avons également la chance de compter parmi nous des personnalités publiques connues pour leur engagement en faveur d’initiatives ayant un impact social positif : le chef Thierry Marx, ardent défenseur de la formation professionnelle dans le milieu de la restauration, et Aïda Touihri journaliste dont l'émission “Engagez-vous” met à l’honneur ceux qui contribuent à changer le quotidien des autres.Ludovic de Gromard est un des finalistes de 2015 avec le projet Y Generation, devenu Chance. Moussa Camara a fondé les déterminés, qui accompagne des porteurs de projets issus de quartiers difficiles. Paula Forteza, députée spécialiste du numérique et Micode, vidéaste spécialisé dans la vulgarisation de l’informatique feront également parti de ce jury d’exception. Nous sommes impatients de découvrir les projets des candidats qui ont jusqu’au 5 juillet pour déposer leur dossier. Rendez-vous ensuite le 30 octobre prochain, pour découvrir les noms des dix finalistes. Le grand public pourra participer alors au vote pour sélectionner leur lauréat préféré, qui sera dévoilé lors d’une cérémonie de remise des prix le 19 novembre, en même temps que les gagnants sélectionnés par le jury. Posté par Jacquelline Fuller, Présidente de Google.orgListe complète des membres du jury :Jacquelline Fuller - Présidente de Google.orgMoussa Camara - Président-Fondateur de l’association “Les Déterminés”Paula Forteza - Députée des Français d’Amérique Latine et des CaraïbesLudovic de Gromard - CEO et cofondateur de Chance et finaliste de la première édition du Google Impact ChallengeThibaut Guilluy - Président du French ImpactThierry Marx - Chef Exécutif / Directeur Restauration Mandarin Oriental, Paris / Fondateur de Cuisine Mode d’Emploi(s)Micode - Vidéaste informatiqueAïda Touihri - Journaliste / Réalisatrice / ProductriceSophie Vannier - Co-présidente de La Ruc […]

  • La tête dans le nuage, les pieds bien sur terre
    par Line Zouhour Adi le juin 18, 2019 à 8:03

    … C’est en tout cas la position, l’attitude et l’altitude que prennent les visiteurs du Google Cloud Summit qui se tient aujourd’hui à Paris. Le sujet peut certes sembler complexe, très technique, voire nébuleux (!). Il est cependant au coeur de la transformation digitale dont nous faisons l’expérience et dont nous bénéficions toutes et tous à titre individuel dans nos usages quotidiens. Toujours plus de visiteurs, de partenaires, d’entreprises intéressés par le cloudL’effervescence autour de l’événement, tant par le nombre des visiteurs attendus que par la qualité des intervenants traduit bien l’appétit pour les technologies du Cloud, et plus largement par la vision de Google Cloud en la matière. Cette troisième édition doit attirer plus de 3.000 visiteurs, décideurs informatiques et économiques, qui se rassemblent et échangent autour des dernières solutions et réalisations. Ce succès reflète à la fois la forte croissance et la maturité de ce marché. La conférence accueille ainsi un véritable écosystème de partenaires français, européens et internationaux et confirme l’appropriation de ces technologies par les entreprises françaises, qu’elles soient nouvellement clientes comme Le Monde, la Macif, Monoprix, Renault Digital, Qopius ou encore Sanofi, ou déjà prêtes à témoigner de leurs expériences et développements comme Amadeus, Carrefour ou SoLocal. Une conférence qui montre un appétit pour l'innovation et la transformation digitale via le cloudEn s’adaptant à la demande et aux volumes de données, en s’appuyant sur une facturation variable basée sur la consommation et non sur des investissements fixes en capitaux, le cloud favorise déjà l’innovation, puisque le coût informatique et financier de la prise de risque apparaît dès le départ maîtrisé. Le cloud est le modèle économique et technique qui rend possible la transformation digitale de l’entreprise, que celle-ci aide à développer de nouveaux usages ou qu’elle modernise les infrastructures ou applications existantes.Les succès des projets de transformation digitale reposent par ailleurs sur la “qualité” du cloud en question : technologiquement ouvert, enrichi d’un écosystème compétent et sécurisé pour des données protégées, capable d’intégrer à la fois le stockage des données, les infrastructures et les outils d’analyse pour servir au plus et au mieux les développements du machine learning et de l’intelligence artificielle.Des partenaires toujours plus présents aux côtés des entreprises françaisesNos partenaires jouent un rôle fondamental dans l’accompagnement des entreprises françaises à travers le développement de leurs projets cloud, leur permettant à la fois de les faire décoller et d’arriver à destination, pour continuer de filer la métaphore. Pour ce faire, Accenture a par exemple acquis Cirruseo l’un des plus importants acteurs français spécialisés exclusivement dans nos services Cloud. Devoteam, avec ses compétences technologiques avancées et certifiées accompagne ses clients dans leur transformation. SFEIR continue à se développer en région, et notamment à Lille, pour toujours mieux accompagner ses clients et lance un pôle de formation dédiée à nos technologies. Atos, qui a ouvert pas moins de 3 centres d’IA dans le monde en un an en utilisant nos technologies, commence à collaborer avec l’iconique Damart pour leur permettre d’appréhender tout le potentiel de leur transformation via le cloud.Nouveaux clients et essais transformés (et réussis !)A l’occasion de ce Cloud Summit, de nouveaux clients de nos technologies témoignent de leur utilisation, et de leur(s) transformation(s). Le Monde utilise nos solutions pour apporter une expérience enrichie à ses lecteurs en ligne, tout en étant en capacité d’absorber les forts pics de trafic lors d’événements d’actualité. La Macif se transforme pour enrichir l’expérience utilisateur, fluidifier les échanges des 10.000 collaborateurs du Groupe au service de son efficacité pour le bénéfice de ses sociétaires clients. Le déploiement progressif de G Suite s’inscrit dans ces transformations. Monoprix a choisi les technologies Google Cloud pour proposer aux clients de son site monoprix.fr des offres plus adaptées et une meilleure expérience d’achat, quel que soit le moment de la journée ou de la nuit. Renault Digital utilise pour le Groupe Renault les technologies cloud d'analyse de données dans différents projets marketing et de l’industrie, avec notamment une approche inédite et accélérée du manufacturing 4.0. Qopius, une jeune pousse française utilise désormais nos technologies pour numériser les rayons des distributeurs et détecter ainsi les possibles anomalies concernant les prix, les visuels ou le placement des produits. Enfin, Sanofi vient d’annoncer une collaboration étendue avec Google, avec pour objectifs d’accélérer l’innovation et de développer une approche centrée sur la donnée. Sanofi utilisera notamment les solutions Google Cloud pour développer l’innovation et l’efficacité, notamment grâce à une infrastructure moderne, et des capacités d’analyse avancées comme le machine learning et l'intelligence artificielle. Des nouveaux clients de tailles et de secteurs très différents, qui s’inspirent des essais réussis et les bénéfices déjà constatés par des acteurs majeurs qui ont témoigné de l’intérêt du cloud. Carrefour a ouvert un lab pour produire des solutions basées sur l'intelligence artificielle à fort impact pour notre activité et au bénéfice de nos clients en France et à l'international. Amadeus, fournisseur de technologies pour le secteur du voyage, vient de migrer avec succès l’une de ses principales applications de réservations dans le cloud et enchaînent sur de nouveaux projets. Utilisant G Suite depuis plusieurs années, la solution emailing Mailjet tire parti de nos infrastructures cloud pour envoyer plus de 2 milliards d’emails par mois et accélérer son développement international. SoLocal conjugue son BigData avec nos outils d’intelligence artificielle pour des campagnes publicitaires plus performantes. Professionnels passionnés par le cloud computing, partenaires à l’expertise technologique reconnue et indispensable, entreprises de plus en plus innovantes et de toutes tailles : tous se retrouvent au Cloud Summit pour confirmer que le cloud ne leur passe pas par dessus la tête et est bel et bien une technologie d’avenir. Posté par Eric Haddad, Directeur Général Google Cloud Franc […]

La Revue du Digital N°1 de l'info sur le business connecté