LA RÉPUBLIQUE EN MARCHE

  • Communiqué - LaREM appelle au respect du cessez-le-feu dans le Haut-Karabagh
    le octobre 15, 2020 à 10:00

    La République En Marche exprime sa vive préoccupation concernant les combats qui se poursuivent dans la région du Haut-Karabagh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, en dépit du cessez-le-feu, entré en vigueur le samedi 10 octobre. Rien ne saurait justifier le nombre important de victimes, notamment civiles entraîné par ce conflit et la détérioration de la situation humanitaire. L’accord de cessez-le-feu doit être mis en œuvre et respecté immédiatement et strictement. Nous appelons les parties à respecter leur engagement et reprendre les discussions sans attendre. Le groupe de Minsk, co-présidé par la France, la Russie et les États-Unis, intensifie en ce moment-même ses efforts de médiation entre les deux parties. Les ingérences turques dans ce conflit ne sont pas acceptables. Elles alimentent les tensions dans la région du Haut-Karabagh et contribuent à la déstabilisation de la région. Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, M. Jean-Yves LE DRIAN, l’a rappelé : la France est déterminée à œuvrer de manière impartiale pour aboutir à la cessation des hostilités et à la reprise sans délai du dialogue. Brune POIRSON Responsable des relations avec les acteurs internationaux de La République En Marche

  • Emmanuel Macron : “Face au virus, nous devons tous agir”
    le octobre 14, 2020 à 10:00

    “Ce virus est dangereux et grave pour tout le monde”, a déclaré le Président de la République à l’occasion d’un entretien télévisé ce mercredi 14 octobre rappelant que ce virus est l’affaire de tous. Toutes les générations sont touchées, la moitié des personnes admises en réanimation ont moins de 65 ans. “Nous sommes entrés dans une phase où nous devons réagir. Chaque jour nous observons 20 000 cas supplémentaires et 200 de nos concitoyens entrent en réanimation chaque jour”, a-t-il expliqué avant d’annoncer plusieurs mesures. Un couvre-feu de 21 heures à 6 heures Ainsi, face à la résurgence de l'épidémie, un couvre-feu de 21h à 6h entrera en vigueur dans la nuit de vendredi à samedi et s’appliquera jusqu’au 1er décembre en Ile-de-France et dans 8 métropoles (Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Saint-Etienne, Toulouse). Seuls pourront circuler dans la rue les services de secours et les personnes disposant d’une attestation pour nécessité de travail ou raison sanitaire. En cas d’infraction, une amende de 135 euros sera appliquée. Le Président a également appelé au bon sens et à la responsabilité collective : télétravail recommandé plusieurs jours par semaine, 6 personnes maximum lorsqu’on reçoit chez soi, port du masque recommandé partout et tout le temps, y compris dans la sphère privée, etc. « Nous sommes une nation de citoyens solidaires. Nous avons besoin les uns des autres. On s'en sortira ensemble. » Emmanuel Macron, Président de la République, le 14 octobre 2020 Réglementer tous les comportements est impossible, a expliqué le Président de la République, assurant qu'il n'y aurait pas de limitation des déplacements entre régions. En revanche, la sphère privée ne doit pas échapper aux règles de distanciation et aux gestes barrière, a-t-il rappelé. Chômage partiel à 100% pour les secteurs en difficulté Face aux conséquences économiques et sociales de ces décisions, le Chef de l’Etat a rappelé la volonté du Gouvernement de continuer à soutenir quoi qu’il en coûte les secteurs les plus impactés, les salariés et les personnes les plus fragiles. Les dispositifs de chômage partiel (pris en charge à 100% par l'Etat) et de soutien aux entreprises seront renforcés et de nouveaux délais seront appliqués pour les prêts garantis par l’Etat. Ce soutien économique pourra être adapté et renforcé territoire par territoire. Une aide exceptionnelle pour les plus précaires Une aide exceptionnelle sera versée à 4 millions de familles modestes et précaires bénéficiaires du RSA et des APL : Cette crise touche d'abord les plus précaires. Une aide financière sera apportée aux bénéficiaires du RSA et des APL : pic.twitter.com/84mLK7evRu— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) October 14, 2020 Tests rapides et nouvelle application Enfin, le Président a tenu à rappeler le coeur de la stratégie du Gouvernement reposant sur le triptyque “Tester, Alerter, Protéger” : * En matière de tests, nous devons progresser en tirant parti des innovations : des tests rapides dits “antigéniques” permettant d’avoir des résultats en 30 minutes seront développés d’ici le 1er décembre. * Une nouvelle application “Tous Anti-covid” sera présentée le 22 octobre afin de suivre et casser les chaînes de contamination mais également fournir des données et informations relatives au virus de façon géolocalisée. * L’isolement des personnes testées positives doit être appliqué strictement. Lucide, collectif, unis.Le Président de la République a posé ce soir la situation : il y a 20 000 nouveaux cas de #COVID19 par jour. Il est nécessaire de ne pas se voiler la face et d’être collectivement responsables pour reprendre le contrôle sur ce virus, partout en France.— Stanislas Guerini (@StanGuerini) October 14, 2020

  • Vous aussi, devenez porte-parole de La République En Marche !
    le octobre 14, 2020 à 10:00

    Depuis sa création, La République En Marche s’est toujours engagée pour faire de la parité en politique une réalité, le Mouvement souhaite ainsi compléter cette équipe par l’arrivée d’une femme issue de la société civile. C'est tout le sens du message de Laetitia Avia, Députée et porte-parole LaREM, à toutes nos adhérentes : Découvrez le descriptif de la mission en détail Postulez dès maintenant

  • Jean Castex : “Ensemble, nous surmonterons cette épreuve, j'en ai la conviction”
    le octobre 14, 2020 à 10:00

    “La seule vraie stratégie possible est le freinage de l’épidémie par le respect strict des gestes barrière et par la réduction des contacts et des interactions sociales”, a indiqué le Premier ministre, en réponse aux critiques, avant de détailler les mesures annoncées hier par le Président de la République. #COVID19 J’entends dire que la bonne réponse aurait été de créer massivement des lits supplémentaires en réanimation plutôt que de prendre des mesures de freinage de l’épidémie.C’est doublement faux : pic.twitter.com/Wv6DFEn4Hv— Jean Castex (@JeanCASTEX) October 15, 2020 Le Gouvernement a fait le choix de prendre des mesures ciblées ville par ville et territoire par territoire. “Nous faisons le pari de la confiance avec les élus locaux”, a déclaré Jean Castex. Des mesures qui ont porté leurs fruits que ce soit au travail ou à l’école. Aujourd’hui seules 274 classes scolaires sur 530 000 sont fermées sur l’ensemble du territoire national. Lire aussi - Emmanuel Macron : “Face au virus, nous devons tous agir” La situation sanitaire actuelle implique de prendre des mesures complémentaires. “Le mot d’ordre général : réduire le nombre de personnes que nous rencontrons dans des moments de convivialité,” a indiqué le Premier ministre. 12 000 policiers et gendarmes chargés de faire respecter le couvre-feu Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, est revenu sur l’application du couvre-feu dans 8 métropoles (Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Saint-Etienne, Toulouse) et dans la région Ile-de-France. 12 000 policiers et gendarmes seront mobilisés pour faire respecter les nouvelles règles liées au couvre-feu qui entrera en vigueur dans la nuit de vendredi à samedi à partir de minuit. #COVID19 pic.twitter.com/f32hdgWDqM— Gérald DARMANIN (@GDarmanin) October 15, 2020 Travail : un protocole national strict Elisabeth Borne, ministre du Travail, l’a indiqué : grâce au protocole national, les salariés peuvent aller au travail en toute sécurité. Depuis le 1er septembre, un protocole sanitaire très strict s'applique en entreprise.Il est efficace : il n'y a pas de chaine de contamination quand il est appliqué.Les salariés peuvent donc aller au travail en toute sécurité. #COVID19 pic.twitter.com/VM6CoH8hMv— Elisabeth BORNE (@Elisabeth_Borne) October 15, 2020 Des dispositions relatives au télétravail sont en revanche pertinentes pour lutter contre la propagation du virus. Sa mise en œuvre doit respecter un équilibre entre freiner le virus, maintenir l'activité de l'entreprise, et la lutte contre l'isolement des salariés. Il doit également reposer sur le dialogue social dans l’entreprise. Le renforcement et l’élargissement des dispositifs d’aides aux entreprises “Aux responsables de l'hôtellerie, de la culture, de la restauration, de l'événementiel : nous serons à leurs côtés en renforçant les dispositifs déjà en vigueur. Tout ce qui doit être fait sera fait pour réduire l'impact économique de la crise,” a déclaré Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, avant d’annoncer l’ajustement des dispositifs existants : Les nouvelles restrictions annoncées vont fortement déstabiliser des dizaines de milliers d’entreprises. Nous en avons conscience. À ces chefs d’entreprise, je veux leur dire : NOUS RESTONS À VOS CÔTÉS. Nous apportons une réponse massive à une crise massive. pic.twitter.com/QHIP9cmG4o— Bruno Le Maire (@BrunoLeMaire) October 15, 2020 Le soutien aux plus vulnérables et aux plus touchés par la crise “Le déploiement du plan pour les jeunes est une priorité du Gouvernement”, a indiqué Jean Castex, évoquant les objectifs du dispositif “Un jeune, une solution” : soutenir l'embauche pour accélérer le recrutement de jeunes. Le Premier ministre a également réaffirmé l’annonce faite hier par le Président de la République : une aide exceptionnelle à 4,1 millions de foyers. Des mesures qui ont vocation à être complétées samedi 17 octobre à l'occasion de la Journée mondiale du refus de la misère. Une adaptation du système de soin dans les prochaines semaines Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, a précisé la stratégie sanitaire du Gouvernement, toujours basée sur le triptyque : tester, alerter, isoler. “Nous sommes en train de gagner la bataille des délais” a-t-il déclaré à propos des tests PCR. Désormais plus de 90% des résultats des tests arrivent sous 48h. #COVID19 Nous sommes dans une situation préoccupante. La deuxième vague est là, partout en Europe. Nous devons par conséquent prendre des mesures plus strictes, respecter les gestes barrières et réduire nos contacts sociaux pour freiner l'épidémie.— Olivier Véran (@olivierveran) October 15, 2020 Enfin, à l'intention des personnels des établissements de santé, des mesures ont été prises pour reconnaître leur engagement : Une indemnité compensatrice de congés non pris allant de 110 à 200 euros bruts par jour. Une enveloppe de 100 millions déléguées aux ARS pour mieux organiser la gestion des ressources humaines. L’anticipation du versement de la hausse des salaires prévue par le Ségur de la santé (200 euros par mois pour les 2 millions de soignants en hôpitaux et en EHPAD). Après une première tranche de 90 euros par mois en septembre, la deuxième tranche de 93 euros par mois interviendra avant la fin de l'année 2020. Ils sont en première ligne face à la #COVID19.L’État leur doit gratitude et reconnaissance pour leur engagement : les soignants renonçant à leurs congés de Toussaint recevront une indemnité de 110 à 200 euros brut par jour les revalorisations du Ségur seront accélérées. pic.twitter.com/h4qy62UARM— Jean Castex (@JeanCASTEX) October 15, 2020 “Nous traversons un moment inédit de notre histoire et appelé à durer plusieurs mois encore. comme toujours, la tentation est grande chercher les boucs émissaires et nous perdre dans les vaines polémiques. Quand la crise sera terminée, nous en tirons les conséquences. L'Etat et le Gouvernement sont en première ligne pour vous protéger. Ensemble, nous surmonterons cette épreuve, j'en ai la conviction”, a conclu le Premier ministre.

  • #FranceLGBT+ : pour une égalité concrète et effective !
    le octobre 13, 2020 à 10:00

    55% des personnes LGBT+ ont subi des actes anti-LGBT+ au cours de leur vie. “Ces inégalités existent. Elles peuvent être corrigées en y mettant des moyens et de la détermination”, a expliqué la Ministre chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances. Aujourd’hui, @1ElisaMoreno vous présente le Plan national d’actions pour l’égalité des droits, contre la haine et les discriminations anti-LGBT+ 2020-2023Objectif : agir pour une égalité concrète et effective pour les personnes LGBT+#PlanLGBT+20202023 pic.twitter.com/6T13aB0BvO— Ministère chargé de l'égalité (@Egal_FH) October 14, 2020 Conçu de manière interministérielle et en lien avec les associations LGBT+, le plan présenté aujourd’hui par Elisabeth Moreno repose sur 4 axes : La reconnaissance des droits des personnes LGBT+ avec notamment l’ouverture de la PMA aux couples de femmes et aux femmes célibataires mais aussi la lutte contre de nouvelles législations LGBT-phobes, y compris au sein de l’Union européenne. Le renforcement de leur accès aux droits. Il s’agit, entre autres, de lutter contre la sérophobie et contre certaines formes discriminations (accès aux soins dans les hôpitaux, aux prêts bancaires, etc.). La lutte contre la haine anti-LGBT+. L’école doit être le premier lieu de sensibilisation et de prévention des LGBT-phobies. Si la lutte contre l'homophobie et la transphobie est désormais inscrite dans les programmes scolaires, “nous devons aller plus loin”, a déclaré Elisabeth Moreno. La formation des équipes pédagogiques sera ainsi renforcée et un observatoire de la haine anti-LGBT+ sera créé dans chaque académie. D'autres mesures permettant de lutter contre la haine anti-LGBT+ sont à venir comme le développement d'un réseau de référents spécialisés dans les commissariats et le renforcement de la lutte contre les thérapies dites « de conversion ». L’amélioration de la vie quotidienne. Parmi les mesures : poursuivre l’adaptation des formulaires administratifs pour inclure les familles homoparentales, protéger les personnes victimes de violences conjugales au sein des couples LGBT+ ou encore permettre l’inclusion dans les enceintes sportives et modifier les règlements intérieurs des clubs sportifs dans le respect de l’identité de genre. « Ce plan traduit la France plurielle dans laquelle nous vivons aujourd’hui. C’est une étape supplémentaire pour une République plus unie. » Ministre chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances Je me réjouis des annonces du #PlanLGBT20202023‍, qui vont permettre de renforcer les droits des personnes LGBT+ et de poursuivre la lutte contre la haine et les discriminations.Nous continuerons à œuvrer, avec les @ProgressistLGBT, pour une société plurielle et inclusive ! https://t.co/otqZmH2JS5— Stanislas Guerini (@StanGuerini) October 14, 2020 Lire toutes les actions du plan national pour l’égalité des droits, contre la haine et les discriminations anti-LGBT+ 2020-2023 : cliquez-ici Lire le thread des Progressistes LGBT+ : cliquez-ici

  • Jean-Baptiste Lemoyne : “Aucun pays n’a fait autant pour ses compatriotes établis à l’étranger”
    le octobre 8, 2020 à 10:00

    Depuis mars dernier, nous vivons une crise sanitaire mondiale sans précédent. Pouvez-vous nous dire quelle a été l’action du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères (MEAE) pour venir en aide aux Français, à travers le monde ? Disons-le clairement, aucun pays n’a fait autant pour ses compatriotes, qu’il s’agisse des ressortissants de passage ou de ceux établis durablement à l’étranger. L’État a d’abord été au rendez-vous pour permettre aux Français bloqués à l’étranger de rentrer à la maison. 370 000 de nos compatriotes ont pu regagner la France en l’espace de seulement trois mois alors que les frontières ont toutes été fermées et les liaisons aériennes et maritimes régulières, suspendues. Ce travail remarquable a été réalisé parce qu’il y avait une volonté forte, celle du Président de la République, que nous avons mise en œuvre avec Jean-Yves Le Drian, et grâce à notre réseau diplomatique et consulaire et au centre de crise et de soutien. Les communautés de Français de l’étranger et leurs élus ont aussi joué un rôle décisif pour aider leurs compatriotes de passage dans leur circonscription consulaire à regagner la France. C’est un élan de solidarité formidable et une marque de la résilience de notre communauté nationale. C’est aussi un rappel du rôle de ces élus et de l’utilité de s’impliquer dans les élections qui déterminent l’attribution de leur mandat. Pour les Français résidents permanents à l’étranger, nous avons aussi été là.Les consulats et les services en France ont continué à travailler en dépit de périodes de fermeture de l’accueil normal du public imposées par les autorités locales ou par des contaminations au sein des équipes. A partir du 9 mars, l’accent a été mis sur les services d’urgence et dématérialisés avec l’envoi sécurisé des passeports et l’inscription en ligne au Registre. Nous avons continué à assurer la protection consulaire des femmes et mineurs en danger, le soutien aux compatriotes en situation de vulnérabilité sociale ou sanitaire et la réponse aux demandes urgentes en matière de visas. Tout au long de cette crise sans précédent, le service public à l’étranger a tenu bon. Nous avons, je le crois, fait vivre nos valeurs de solidarité et envoyé ce message puissant à nos compatriotes : où que vous viviez dans le monde, la patrie ne vous quitte jamais. Pouvez-vous revenir plus en détail sur le plan de soutien du Gouvernement aux Français de l’Étranger ? Au vu de la gravité de cette crise aussi brutale qu’inattendue, nous avons fait le choix d’un électrochoc de solidarité. C’est un plan de soutien massif de 220 millions d’euros qui a été mis en place autour de trois volets : Un volet sanitaire d’abord, avec des crédits jusqu’à 20 millions d’euros pour apporter un soutien médical à nos compatriotes : télésurveillance, télémédecine, acheminement de médicaments et de matériels médicaux, rapatriements sanitaires avec des avions dédiés, une trentaine à ce jour pour des cas graves ; Un volet éducatif ensuite, avec des crédits de bourses scolaires augmentées de 50 millions d’euros et des conditions d’accès aux bourses assouplies ; Un volet social enfin, avec la création d’une aide exceptionnelle, dont les critères ont également été assouplis. Prévue initialement pour être ponctuelle, nous avons souhaité qu’elle puisse s’inscrire dans la durée et soit versée chaque mois jusqu’à la fin de l’année. Elle pourra venir en complément d’aides perçues localement de l’État de résidence ou d’autres sources, familiale, amicale ou associative. Ce plan de soutien que les élus nous ont également aidés à construire, c’est une architecture vivante. Nous continuons à la déployer, à l’évaluer. Nous avons déjà adapté ces dispositifs et nous continuerons à le faire dans les mois à venir, à chaque fois que cela sera nécessaire. Il en va de même pour le plan de soutien au réseau d’enseignement français à l’étranger. Nous menons ce travail avec nos élus, notamment la députée Samantha Cazebonne. Où en sommes-nous de la mise en œuvre de ce plan ? Le plan de soutien des Français de l’étranger, en quelques chiffres, ce sont déjà 22 300 demandes de bourses et 102 millions d'euros engagés, 6 500 Français qui ont bénéficié de l’aide sociale COVID pour plus d’un million d’euros, 1,4 millions d'euros de subventions attribuées à 94 associations. Autrement dit, il y a déjà des milliers de Français qui ont été aidés, protégés, et cela, c’est un résultat très concret de l’action qu’a voulu le Président Macron. Nous continuons à travailler au service de nos compatriotes fragilisés, je pense notamment à la réponse aux appels des Français qui ont fondé ou acquis des PME ou des TPE à l’étranger. En raison de la crise, les élections consulaires ont été reportées d’un an. Pouvez-vous nous dire ce qui va être mis en place afin de faire connaître aux Français de l’Étranger ces élections encore trop souvent inconnues ? Les élus des Français de l’étranger ont un rôle fondamental à jouer et ils nous l’ont d’autant plus montré lors de cette crise. Les mois qui viennent, avec plusieurs rendez-vous majeurs de la vie démocratique des Français de l’étranger seront déterminants. Parmi ces échéances, il y a en effet les élections consulaires. Elles ont été fixées aux 29 et 30 mai 2021 pour l’élection des conseillers des Français de l’Etranger. L’élection des conseillers à l’AFE se tiendra elle, les 26 et 27 juin 2021. Nous voulons tous qu’un plus grand nombre de Français en soient informés, comprennent leurs enjeux pour leur vie quotidienne et y prennent part. C’est pourquoi j’ai souhaité renforcer le statut, le rôle et la visibilité de leurs représentants. Ces changements ont été introduits à la faveur de la loi engagement et proximité qui s’inscrit dans le contexte des grandes réformes de ce quinquennat. A présent, je vous encourage tous à vous mobiliser pour cette campagne et à soutenir nos candidats aux côtés des parlementaires de la majorité représentant les Français établis hors de France : Pieyre-Alexandre Anglade, Samantha Cazebonne, Anne Genetet, M’Jid El Guerrab, Alexandre Holroyd, Amélia Lakrafi, Roland Lescure, Frédéric Petit et Richard Yung. Enfin, un des grands objectifs du MEAE est la simplification et la facilitation des relations des Français avec leur administration. Quels sont les projets à venir ? Notre obsession c’est de rendre la vie de nos compatriotes de l’étranger plus simple, plus fluide. Plusieurs projets d’amélioration de nos services aux usagers vont se déployer. Je pense à la plateforme centralisée de réponse téléphonique et électronique « France consulaire ». C’est sur préconisation du rapport remis au Premier ministre par la députée Anne Genetet que notre ministère développe un service d’accueil consulaire centralisé en France. Il sera joignable à tout moment par courriel et par téléphone, et accompagnera les usagers pour les informer et les aider rapidement à initier leurs démarches dématérialisées. Je pense aussi au Registre de l’Etat Civil Electronique. C’est un projet majeur de dématérialisation des actes de l’état civil du service central d’état civil et des actes des autorités diplomatiques ou consulaires. Ces deux projets, plateforme de réponse et registre électronique, entrent parfaitement dans le cadre de l’amélioration de la vie quotidienne des Français dans lequel le Gouvernement développe son action. Nous mènerons également d’autres actions, notamment le déploiement de nouveaux dispositifs mobiles dans les consulats pour des tournées consulaires au plus proche des usagers et le suivi de la mission flash sur la délivrance des passeports, menée par le député Alexandre Holroyd. Plus que jamais, je suis convaincu que ce ministère doit jouer pleinement son rôle de coordination de toutes les politiques publiques qui touchent nos compatriotes de l’étranger et que ces politiques doivent être co-construites avec des élus qui connaissent la vie de ces compatriotes et qui portent l’élan réformateur de ce quinquennat.

  • Tempête Alex : Emmanuel Macron assure la pleine mobilisation de la nation
    le octobre 8, 2020 à 10:00

    Cinq jours après les intempéries qui ont fait cinq morts et jusqu’à 20 disparus dans l’arrière-pays niçois, le Président de la République s’est rendu sur place pour remercier les forces de l’ordre et de secours, dialoguer avec les élus locaux et les sinistrés. Il s’est également exprimé en direct de Saint-Martin-Vésubie, l'une des communes les plus touchées par la tempête Alex. « Quand la machine France se met en route, c'est impressionnant. »Ce que m’a dit le maire de Tende, c’est la solidarité de la Nation. L’État est là et continuera d’être là, dans la durée. pic.twitter.com/TgFdKfgOTW— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) October 7, 2020 De nouveaux moyens pour une reconstruction durable et résiliente Face à ce drame national, l’Etat est mobilisé et le restera pour soutenir les victimes. Les dégâts dans le département sont terribles, des centaines d’habitants ont dû être évacués de toute urgence et certains y ont perdu la vie. “Ce qui va prendre du temps, c'est de reconstruire, de rebâtir les routes, les ponts et les habitations. Nous en avons pour des mois tous ensemble”, a expliqué le Président de la République dans le 20 Heures de France 2 et TF1. « La nation sera pleinement mobilisée dans l’urgence, l’Etat le restera demain, dans la phase de reconstruction. J’en prends l’engagement. » Emmanuel Macron, Président de la République, le 7 octobre 2020 Des mesures ont ainsi été prises : La publication de l’arrêté de catastrophe naturelle pour 55 communes, qui permettra à chaque citoyen d’être remboursé et va simplifier considérablement la vie des sinistrés. L’Etat veillera à ce que l’ensemble des assureurs indemnisent rapidement les collectivités et les sinistrés. La mise en place d’un fonds d’urgence pour reconstruire les infrastructures et les équipements essentiels de manière durable et résiliente. Les prochains jours permettront d’évaluer le montant des dégâts, et l’Etat déploiera les moyens nécessaires, aux côtés des collectivités territoriales et de l’Europe, qui apportera également son soutien financier. Le Président de la République s’est par ailleurs engagé à ce que les choses ne soient pas refaites à l’identique et les travaux permettront d’aménager le territoire de telle sorte à ce que l’on prévienne les risques. Le déploiement d’équipes d’appui dans les communes sinistrées, notamment à travers trois guichets uniques, qui permettront d’apporter un soutien psychologique et administratif aux victimes. Le déploiement du fonds Barnier : au-delà de ce que les assureurs rembourseront, l’Etat soutiendra également les habitants dans leurs projets de reconstruction. 50 millions d’euros sont déjà mobilisés pour accompagner les habitants qui souhaitent reconstruire. (Re)voir l'interview du Président de la République : EN DIRECT Je réponds aux questions de Marie Chantrait et Jeff Wittenberg depuis Saint-Martin-Vésubie. https://t.co/jCQ4PVcmNQ— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) October 7, 2020 Nous aussi, mobilisons-nous ! Comme Olivier, marcheur engagé à La Valette, participez aux collectes organisées dans tout le département : Comme Yvan, rejoignez les marcheurs qui se mobilisent tout le week-end pour nettoyer le littoral : Suite à la #TempeteAlex06 Samedi matin 10 oct à la demande de @LouisNegreCSM , la municipalité de #Cagnessurmer organisera le nettoyage du littoralToutes les bonnes volontés sont bienvenues S’inscrire par mail inscription@cagnes.fr ou téléphone 04.89.83.20.24 pic.twitter.com/qfoYaxeUOa— Yvan Skottuba-Stepan (@StepanYvan) October 7, 2020

  • Proches aidants : “L’État est là pour vous épauler”
    le octobre 5, 2020 à 10:00

    “À tous les proches aidants, je veux vous dire ma gratitude (...) L'État est là pour vous épauler”, a déclaré le Président de la République. En effet, depuis le 1er octobre, tous les aidants ont la possibilité de prendre des congés rémunérés pour aider un proche handicapé ou en perte d’autonomie. C’est une preuve supplémentaire de l’engagement du Gouvernement en faveur des 11 millions de concitoyens qui soutiennent au quotidien un proche. « Reconnaître leur rôle, simplifier et améliorer la qualité de vie des proches aidants participe de la construction d’une société plus solidaire et plus inclusive à laquelle nous oeuvrons depuis 2017. » Sophie Cluzel, Secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées Ce congé, d’une durée maximale de trois mois, pourra être renouvelé. Il constitue un véritable soulagement pour toutes celles et tous ceux qui s’occupent d’un parent, d’un conjoint ou d’un enfant malade, en perte d’autonomie ou en situation de handicap. 11 millions de nos concitoyens soutiennent un proche, parfois jour et nuit : merci à tous !Fruit d'un travail mené depuis 2017, les aidants peuvent désormais bénéficier d’un congé rémunéré. Nous sommes à vos côtés, et nous continuerons.#JournéeNationaledesAidants #JNA— Stanislas Guerini (@StanGuerini) October 6, 2020 Aujourd’hui, la stratégie nationale de soutien aux aidants représente une enveloppe de 400 millions d’euros sur trois ans. Elle se décline autour de plusieurs mesures phares : l’inscription du soutien aux proches aidants comme un élément de négociation de branche obligatoire ; le déploiement depuis le mois de juin d’un numéro unique et de “communautés 360” à destination des personnes handicapées et de leurs aidants ; la création de plateformes de répit, le déploiement de séjours vacances adaptés et l'expérimentation de dérogations au droit du travail dans le cadre du relayage et des séjours de répit ; l’identification de l’aidant qui est désormais inscrit dans le dossier médical partagé ; le lancement d’une expérimentation d’actions de sensibilisation des professionnels de l'Éducation nationale aux jeunes aidants sur deux régions (Île-de-France et Occitanie). Partager le thread du Président de la République Partager le thread de Gabriel Attal

  • Emmanuel Macron : “La laïcité, c'est le ciment de la France unie”
    le octobre 1, 2020 à 10:00

    Ce déplacement aux Mureaux ce vendredi 2 octobre témoigne de la volonté affirmée du Chef de l’Etat de défendre la République et ses valeurs et de lui faire respecter ses promesses d’égalité et d’émancipation. Il s’agit de l’un des aboutissements d’un travail conduit depuis 3 ans sur le terrain. Les actes sont là.Ils valent souvent mieux que les mots. pic.twitter.com/IDcBGQoDLp— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) October 2, 2020 Ainsi, le 9 décembre prochain, 115 ans après la loi de 1905, Marlène Schiappa, ministre déléguée à la citoyenneté, et Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, présenteront en Conseil des ministres un projet de loi pour renforcer la laïcité et consolider les principes républicains. Ce texte construit en lien avec un certain nombre de partenaires, notamment les représentants du culte, sera transmis à l’Assemblée nationale en janvier. Le débat parlementaire se déroulera donc dans le courant du premier semestre 2021. « La laïcité, c'est la neutralité de l'État et en aucun cas l'effacement des religions dans la société dans l'espace public. La laïcité, c'est le ciment de la France unie. » Emmanuel Macron, Président de la République, le 2 octobre 2020 Ce projet de loi réaffirme les valeurs de la République notamment en luttant contre ceux qui instrumentalisent la religion pour mettre en cause les valeurs de la République, imposer leurs règles, susciter des divisions et qui menacent le vivre ensemble. Il doit permettre de donner de nouveaux outils et de nouveaux moyens d’action aux services de l’Etat afin de renforcer l’action menée pour lutter contre les séparatistes. L’ambition de former et promouvoir en France une génération d’imams et d’intellectuels qui défendent un Islam pleinement compatible avec les valeurs de la République est une nécessité. pic.twitter.com/VsqsYU7Ggt— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) October 2, 2020 Les cinq grands axes : Renforcement de la neutralité du service public Renforcement du contrôle sur les associations Protection de l’enfance et des actions éducatives Amélioration du fonctionnement des cultes Protection de la dignité humaine Parmi les mesures annoncées ce jour par Emmanuel Macron, l’instruction à l’école obligatoire dès 3 ans, l’obligation de neutralité des agents publics et des salariés des entreprises délégataire ou encore la création d’un label de formation des imams. La République doit reprendre toute sa place dans les quartiers, dans les écoles, avec les associations et les élus.Merci @EmmanuelMacron pour son expression forte et loin des caricatures.#Séparatismes— Stanislas Guerini (@StanGuerini) October 2, 2020

  • Délivrance de passeports à l'étranger : 3 questions à... Alexandre Holroyd
    le septembre 30, 2020 à 10:00

    Pouvez-vous revenir sur la façon dont ce rapport a été pensé ? Quelles étaient les problématiques à ce moment-là ? Au mois de juin nous étions tous frappés par la crise. Comme toute crise grave, une des conséquences est que de nombreux sujets remontent à la surface, dont la question des titres d’identités, tout particulièrement importants compte tenu des circonstances. Je me suis saisi du sujet en essayant d’y apporter une nouvelle approche par un regard concentré sur un problème spécifique : le retard de délivrance des passeports, tout en prenant en compte l’impact de la crise. La mission « flash », dénommée comme telle pour correspondre à son besoin de rapidité, fut donc mise en place pour aider à résoudre de façon très concrète les problèmes issus de la fermeture des consulats au pic de la crise sanitaire. En effet, il était nécessaire de trouver des solutions pour répondre à la désorganisation de l’acheminement, au ralentissement du traitement des dossiers et à la suspension des dépôts de demandes. L’objectif : désengorger les consulats et mettre fin à l’attente des administrés. Merci à @desarnez et à la @AN_AfEtr pour nous avoir laissé, avec @didierquentin, la possibilité d'effectuer cette Mission Flash sur les moyens d'améliorer la production et la distribution de passeports pour les Français établis à l'étranger. #DirectAN pic.twitter.com/JKBcDm2qKP— Alexandre Holroyd (@alexIholroyd) July 7, 2020 De ce rapport, certaines propositions s’inscrivent dans le temps long alors que d’autres sont dites « d’urgence » : pouvez-vous nous dire quelles sont les grandes propositions exposées dans votre rapport ? Entre autre, le rapport propose d’étendre la pré-demande en ligne, déjà proposée dans les mairies en France, aux Français résidant à l’étranger ainsi que de moderniser l’application de prise de rendez-vous en ligne utilisée par les consulats pour faciliter le processus de demande. Pour la délivrance des passeports, le rapport suggère l’utilisation par défaut de l’envoi par pli sécurisé des titres depuis l’ambassade, mettant fin à la procédure actuelle de double comparution. Cette proposition est une première étape vers la mise en place de l’envoi direct sous pli sécurisé depuis l’imprimerie nationale au domicile du demandeur. Le rapport suggère de tester cette procédure dans les trois plus gros postes consulaires (Londres, Genève et Bruxelles). Quelles sont les prochaines étapes suite à la remise de votre rapport ? A l’issue de la mission, un courrier fut envoyé au Premier Ministre, au Ministre de l’intérieur et au Ministre des Affaires Etrangères pour mettre en avant les problèmes détectés et les solutions pour y remédier. Le suivi de la mission est important. Une réunion de travail est prévue en Commission des Affaires étrangères en présence de Laurence Haguenauer, la directrice des français à l’étranger et de l’administration consulaire, pour échanger sur les propositions et élaborer les meilleurs moyens de leur mise en œuvre. Le dépôt de plusieurs amendements, pour inscrire les propositions du rapport dans la loi, a permis de lancer une discussion avec le gouvernement. Je travaille de près avec le Ministère de l’Intérieur et le Ministère de la Transformation et de la Fonction Publique pour assurer l’application des mesures relevant du domaine règlementaire. Rendre un rapport ne signifie pas qu’une mission est terminée, il faut désormais œuvrer vers la réalisation des propositions.