LA RÉPUBLIQUE EN MARCHE

  • Fabien Aufrechter : “Faire de Verneuil-sur-Seine une ville verte, plus intelligente et plus humaine”
    le août 5, 2020 à 10:00

    Quelles sont vos priorités pour les 6 prochaines années ? Les priorités de mon mandat sont articulées autour de trois grands thèmes visant à donner une nouvelle dynamique à notre ville. D’abord défendre le cadre de vie paisible de Verneuil-sur-Seine en protégeant l’environnement de notre territoire et en garantissant la sécurité de nos habitants. Ensuite favoriser une économie optimisée en rendant notre ville économiquement attractive. Enfin connecter nos réseaux de transport en mettant en place un nouveau modèle pour des mobilités plus fluides et plus propres sur notre commune. Aujourd’hui, c’est une nouvelle ère qui s’ouvre pour notre @VilledeVerneuil Quel honneur de devenir #Maire pour défendre: Notre cadre de vie paisibleUne économie et des finances optimisées Des transports connectés et accessibles pic.twitter.com/9f07fwQsQQ— Fabien Aufrechter (@Fabien_Au) July 3, 2020 A court terme, je souhaite également favoriser la démocratie participative par la création de conseils des jeunes, des aînés et de quartiers. Nous lançons une consultation citoyenne dès le mois d’octobre sur le contournement de la RD154, un sujet qui mine la politique locale depuis 50 ans faute de consensus. Vous êtes engagé depuis plusieurs années, notamment via Les Jeunes avec Macron. La crise du Covid-19 a-t-elle modifié votre vision de l’engagement politique et citoyen ? La crise du Covid-19 a bousculé la campagne des élections municipales. Elle a favorisé l’essor du digital et réduit fortement les contacts humains (porte-à-porte, etc.). Mais surtout elle a reléguée la politique au deuxième plan derrière la solidarité qui était la priorité pour aider les personnes dans le besoin, parfois pour la première fois de leur vie. Être engagé, c’était porter une vision. Depuis la crise, c’est d’abord veiller à ce que les gens qui nous sont proches (au sens très large) aillent bien. C’est prendre soin d’eux. C’est les aimer. Et votre vision de la commune de demain ? Quand j’imagine Verneuil-sur-Seine demain, je pense à une ville verte mieux valorisée aussi bien sur les plans touristiques, culturels, économiques ou en termes de services publics. Tendre vers un objectif de ville plus intelligente (la fameuse “smart city”) mais surtout plus humaine, ce sera l’objectif de mon mandat. Aux côtés de la Ministre de la Transition écologique @barbarapompili pour visiter la "Plaine des déchets" de @ville_carrieres. L'occasion de rappeler la détermination des pouvoirs publics à préserver l'environnement et à mettre fin aux décharges sauvages. pic.twitter.com/KKo5cV3Oq3— Fabien Aufrechter (@Fabien_Au) July 17, 2020

  • Rachida Kaaout : “L’opposition municipale doit être exigeante et vigilante”
    le août 3, 2020 à 10:00

    Le 17 juin 2019, Rachida Kaaout faisait partie des premiers candidats investis par La République En Marche pour les élections municipales. Au terme d’une longue campagne, interrompue par la crise du Covid-19, mais menée à son terme avec détermination, Rachida et deux de ses colistiers ont été élus au conseil municipal d’Ivry-sur-Seine. “Ca n’a pas été facile, confie-t-elle, mais décrocher 3 sièges dans une ville à la longue histoire communiste est une fierté pour toute l’équipe d’ “Ivry, C’est Vous”, qui m’a suivie jusqu’au bout du chemin.” De nombreux défis attendent pour les années à venir cette commune du Val-de-Marne, limitrophe de la capitale, et ses 60 000 habitants. C’est pourquoi il n’est pas question d’être dans une opposition stérile : “les Ivryennes et les Ivryens méritent une opposition constructive, exigeante et vigilante, qui sache aussi être force de proposition pour notre ville.” Une des priorités du nouveau conseil municipal devra être d’intéresser à nouveau les Ivryens à la politique locale, car l’abstention record du scrutin municipal interpelle. “Nous serons là pour demander plus de pouvoirs pour les comités de quartier : les propositions et les décisions doivent venir des habitants eux-mêmes”. "Au coeur de notre programme pour Ivry, il y a la volonté de faire grandir la ville, de manière à ce que chacun y trouve sa place." Au coeur du programme “Ivry C’est Vous”, il y avait la volonté de faire avancer Ivry, de faire grandir la ville, de manière à ce que chacun y trouve sa place. “Nous souhaitons accompagner les familles d’Ivry, en donnant la priorité à l’éducation et à la petite enfance. Nous répondrons notamment présents pour défendre les intérêts des Ivryens face à l’opacité du système d’obtention des places en crèche”. Aujourd’hui, Rachida s’engage sereinement dans son nouveau mandat d’élue locale, consciente de ses responsabilités. “Je sais ce que j’ai à faire : En Marche, Toutes Politiques [Le programme de La République En Marche pour accompagner les femmes vers les responsabilités politiques] m’ont donné les bases pour comprendre le fonctionnement de la vie locale et les outils pour y trouver ma place” affirme-t-elle.

  • 3 questions à... Clément Beaune
    le juillet 30, 2020 à 10:00

    L’accord adopté la semaine dernière par les chefs d’état et de gouvernement marque un événement historique pour l’Union. Pourriez-vous nous en dire plus ? Pour la première fois dans l’histoire de l’Union Européenne, les 27 Etats membres se sont mis d’accord pour emprunter conjointement de l’argent afin d’investir et de financer la relance en Europe. Ce qui est nouveau, révolutionnaire, c’est que cet emprunt est commun. C’est-à-dire que nous partagerons cette action de relance, de façon solidaire, comme dans une famille dans laquelle on se serre les coudes dans les moments difficiles. C’est une révolution parce que dès lors qu’on accepte cela, on assume que l’Europe est avant tout un projet politique, que, à 27, nous avons un destin partagé qui nous lie pour l’avenir. Lire aussi - Accord européen : un pas de géant dans la construction européenne ! Quelles sont, au niveau européen, les priorités politiques de notre pays pour les prochains mois ? Nous avons pour priorité la relance économique d’abord. Une relance qui table sur quelques grandes priorités : la souveraineté industrielle, la transformation numérique et la transition écologique. La relance doit être « verte » et c’est ce que nous portons au niveau européen, avec un budget et un plan de relance. L’Europe doit également être porteuse de justice et de protection comme nous l’avons fait pour la réforme du détachement des travailleurs, qui est entrée en vigueur il y a quelques jours. D’une manière générale, l’Europe doit être un espace qui évite toute compétition sauvage à l’intérieur de ses frontières et qui soit plus forte vis-à-vis de ses concurrents à l’extérieur. L’Europe a besoin de puissance si nous ne voulons pas devenir les sous-traitants des autres. Et puis il y a le BREXIT qui est un crève-cœur pour tous ceux qui aiment l’Europe mais qui nous oblige à un sursaut collectif et à énormément de vigilance : car on ne peut quitter l’Europe et en garder les avantages. La Présidence française du Conseil approche à grand pas (premier semestre 2022). Comment allez-vous préparer cette échéance et quelles sont les grands sujets sur lesquels vous souhaitez que notre pays se positionne ? Il y aura d’ici 2022 un très gros travail législatif européen pour mettre en œuvre nos grandes priorités que sont le climat, la protection de la biodiversité, la transition numérique... Mais la Présidence française doit aussi être l’aboutissement d’une réflexion sur l’Europe de demain. C’est la raison pour laquelle le Parlement européen et la Présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, ont repris notre proposition d’une Conférence pour l’avenir de l’Europe, avec des panels citoyens. Je souhaite que cette réflexion soit lancée dès cet automne, aboutisse sous notre présidence et je m’y emploierai avec ardeur !

  • L’ouverture de la PMA à toutes les femmes vient d’être votée !
    le juillet 30, 2020 à 10:00

    Après 60 heures d'audition, 50 heures d'examen en commission et 80 heures de débat dans l'hémicycle, le projet de loi bioéthique avait été adopté en première lecture à l’Assemblée nationale en octobre dernier. La seconde lecture a débuté cette semaine et l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes à d’ores et déjà été votée. « Le #PJLBioéthique autorise certaines avancées scientifiques souhaitables et pose des bornes éthiques pour d’autres avancées. » @auroreberge Un texte encadré et progressiste : #PMApourtoutes, accès aux origines, filiation, etc. #DirectAN pic.twitter.com/2mFLWPRTFT— Députés LaREM (@LaREM_AN) July 27, 2020 En effet, ce texte est fondé sur trois grands principes : la dignité de la personne humaine, l’autonomie de chacun et la solidarité de tous. Il tient une promesse du Président de la République lors de la campagne de 2017 et constitue un grand pas pour l’égalité et pour plus de droits, notamment en ouvrant la PMA à toutes les femmes. Nous avons voté l’ouverture de la PMA à toutes les femmes et son remboursement par la sécurité sociale. #DirectAN #PMApourToutes pic.twitter.com/N12lRM0B1o— Députés LaREM (@LaREM_AN) July 30, 2020 Une avancée pour les droits de l’enfant issu d’une PMA Aujourd’hui, 3% des naissances par an sont issues d’une assistance médicale à la procréation. Avec ce projet de loi, les enfants issus d’une PMA avec don pourront désormais, une fois adultes et s’ils le souhaitent, avoir accès à leurs origines, y compris à l’identité du donneur, grâce à une commission créée à cet effet. Cette ouverture ne bouleversera pas ses liens de filiation avec ses parents, ni la vie privée du donneur qui aura consenti, au moment du don, à la divulgation de son identité. Nous avons voté l’article 3 du #PJLbioéthique. Désormais, les enfants issus d'une PMA pourront avoir accès, s'ils le souhaitent, aux données non-identifiantes et à l’identité du tiers donneur. #DirectAN— Députés LaREM (@LaREM_AN) July 30, 2020 Le projet de loi prévoit par ailleurs de nombreux dispositifs pour améliorer la fertilité en France, notamment la possibilité pour les femmes et les hommes de conserver leurs gamètes pour eux-mêmes, en dehors de tout motif médical. Chaque année, le don d’organe sauve des centaines de vies en France. Le projet de loi prévoit de faciliter davantage le recours aux dons croisés d'organes en permettant le croisement entre quatre paires de donneurs-receveurs contre deux aujourd’hui. Cela laisse plus de possibilités pour trouver des donneurs compatibles. Les débats doivent se poursuivre jusqu’à la fin de la semaine. La majorité est pleinement mobilisée en faveur de ce texte qui porte de grandes avancées pour notre société.

  • Première réunion de la Commission Nationale des Talents de La République En Marche
    le juillet 30, 2020 à 10:00

    Une CNT composée de personnalités compétentes, complémentaires et représentatives des territoires Instance consultative permanente, la CNT est composée de 12 membres titulaires et de 8 membres suppléants désignés par le Bureau exécutif du Mouvement, sur proposition du Délégué Général, pour un mandat de 3 ans. Les membres titulaires Jean-Marc Borello, co-président de la CNT, Membre du Bureau exécutif ; Justine Henry, co-présidente de la CNT, Référente de Paris 18ème ; Roman Baudin, Directeur Général de Tous Politiques ! ; Fanta Berete, Référente de Paris 15ème ; Martin Bohmert, ex-Délégué Général des JAM ; Bérangère Couillard, Députée de la 7ème circonscription de Gironde ; Gérald Darmanin, Ministre de l'Intérieur ; Dominique Faure, Maire de Saint-Orens-de-Gameville ; Christine Hollender, Référente de la Drôme ; Yassin Lamaoui, Responsable du programme Actions Quartiers de LaREM ; Gaël Le Bohec, Député de la 4ème circonscription d'Ille-et-Vilaine ; Sibeth Ndiaye, ex-Porte-parole du Gouvernement. Les membres suppléants Baï-Audrey Achidi, Référente par Intérim des Hauts-de-Seine ; Stéphanie Arakélian-Galan, Référente du Tarn-et-Garonne ; Nicolas Bourgeois, Référent de l’Oise ; Julien Denormandie, Ministre de l'Agriculture et de l'alimentation ; Maël Disa, Délégué interministériel pour l'égalité des chances des Français d'Outre-Mer, ex-Référent de Guadeloupe ; Fadila Khattabi, Députée de la 3ème circonscription de Côte d'Or ; Gaëlle Le Roch, ex-Référente du Morbihan ; Albert Morel, Référent du Vaucluse. Trois missions prioritaires D’après les statuts du Mouvement votés à l’hiver dernier, la CNT “veille au respect du principe de parité dans le mouvement, contribue à y faire émerger de nouveaux talents et promeut la diversité" (article 15). Trois missions incombent donc prioritairement à la CNT : 1️⃣ Proposer au Bureau exécutif, dans le respect des principes de parité, des candidats à la fonction de référent(e) territorial(e) Après 3 ans de mandat, près de 70 référent(e)s verront leur mission atteindre son terme en octobre 2020. La CNT débutera donc son travail, dès les prochaines semaines, pour procéder à des consultations ainsi qu’à des auditions dans le but de nommer progressivement l’ensemble des nouveaux référents départementaux de LaREM d’ici décembre prochain. 2️⃣ Proposer, le cas échéant, aux autres instances de LaREM des candidats aux diverses fonctions statutaires, à la demande du Bureau exécutif La CNT contribuera à la stratégie d’accompagnement des talents, de formation et de promotion des cadres du Mouvement, en lien avec les différentes initiatives existantes (1000 Talents, Toutes Politiques) et avec l’institut de formation Tous Politiques !. 3️⃣ Veiller au respect de la parité dans les instances locales et nationales du Mouvement et émettre des recommandations au Bureau exécutif et aux Délégués Généraux pour améliorer la parité, la représentation de la diversité et l’émergence de nouveaux talents dans le Mouvement La CNT établira notamment un suivi strict des indicateurs de parité et de diversité au sein du Mouvement. Son rapport annuel sur la parité et la diversité au sein du Mouvement fera l’objet d’un examen en Bureau exécutif.

  • Communiqué - LaREM dévoile les 14 sites régionaux pour la Rentrée des territoires
    le juillet 29, 2020 à 10:00

    Les 12 et 13 septembre prochains, adhérent(e)s du Mouvement, référent(e)s, élu(e)s et membres du Gouvernement sont invités à participer à deux jours d’échanges et de réflexions, dans un format inédit qui permettra de respecter les consignes sanitaires tout en mobilisant les marcheur(se)s dans l'ensemble du pays. L'occasion de prolonger le travail engagé par le Mouvement pour « Reconstruire ensemble » le projet politique des 600 prochains jours, ainsi que de poursuivre la préparation des échéances électorales à venir, notamment les élections départementales et régionales. Après avoir accueilli les journées parlementaires du groupe LaREM les 10 et 11 septembre, la ville d’Amiens (Hauts-de-France) recevra le 12, dans le cadre de « Construire Ensemble, La rentrée des territoires », les principales figures du mouvement majoritaire. Rendez-vous est ensuite donné le dimanche 13 septembre dans l’un des 14 campus régionaux, pour de nombreux moments d’échanges, des ateliers et formations, ainsi qu’une grande plénière interactive. Les marcheur(se)s pourront se retrouver à : Aix-en-Provence (Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Corse) Amboise (Centre-Val-de-Loire) Angers (Pays-de-la-Loire) Carcassonne (Occitanie) Chasseneuil-du-Poitou (Nouvelle-Aquitaine) Châteauneuf-sur-Isère (Auvergne-Rhône-Alpes) Le Havre (Normandie) Illkirch-Graffenstaden (Grand Est) Massy (Ile-de-France, Français de l’étranger) Nevers (Bourgogne-Franche-Comté) Rennes (Bretagne) En Guadeloupe, en Martinique et à La Réunion (Outre-Mer) Le programme détaillé de « Construire ensemble, La rentrée des territoires » sera communiqué dans les prochaines semaines.

  • Ouïghours : nous soutenons la mise en place d'une mission internationale d'observateurs indépendants
    le juillet 28, 2020 à 10:00

    En dépit de ses protestations, il semble désormais établi que le Gouvernement chinois se rend coupable de persécutions à grande échelle, sous la forme de détentions arbitraires au sein de camps d'internement, de contrôle des naissances et actes de stérilisation, de travail forcé ou de surveillance généralisée. Comme la France et une vingtaine de pays ces derniers mois, y compris au sein du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, nous appelons avec gravité les autorités chinoises à mettre immédiatement un terme à ces violations. À ce titre, nous soutenons la proposition exprimée par le Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères de mettre en place une mission internationale d'observateurs indépendants, sous la houlette de la Haut-commissaire de l'ONU aux droits de l’Homme, afin d'enquêter sur le sort des Ouïghours en Chine en se rendant au Xinjiang dans les meilleurs délais. La République En Marche

  • Yaël Braun-Pivet : “Les élus locaux sont les piliers de la République sur nos territoires”
    le juillet 28, 2020 à 10:00

    Députée, vous êtes désormais également conseillère municipale. Dans quelle mesure ces deux mandats sont-ils particulièrement complémentaires ? Une commune est une petite République dans la grande, le lieu d’engagement et de proximité le plus évident pour un élu. M’engager au Vésinet était pour moi encore plus évident parce que j’y vis avec ma famille depuis des années et parce que notre ville avait besoin d’un vrai renouveau démocratique. Avec notre équipe 100% nouvelle, issue de la société civile, ancrée sur le territoire, nous ferons tout pour répondre aux aspirations des Vésigondins au dynamisme retrouvé, au progrès économique, environnemental et social. Cet ancrage local renforcé est pour moi l’opportunité d’agir encore plus près du terrain, de mieux lier citoyens, territoire et politique nationale. C’est la clé pour des politiques publiques efficaces, des politiques qui répondent très concrètement aux besoins des Français, construites, évaluées et améliorées avec eux. Quels sont les sujets que vous souhaitez porter en priorité au sein du conseil municipal ? Je suis fidèle à ce qui m’a poussée à m’engager au sein d’En Marche ! : je crois en la possibilité de faire de la politique autrement, au dépassement des clivages, à la participation citoyenne. Ce que j’ai mis en œuvre dans mon mandat de députée et à la commission des Lois, je tiens à le mettre en œuvre au Vésinet : je veillerai à ce que nos projets partent du terrain, à ce qu’ils soient construits dans la concertation et l’écoute, à ce que les conseils de quartiers deviennent de vrais lieux de débat avant la décision publique. Je veillerai aussi à la transparence : l’information sera accessible, notre action sera évaluée, les comptes-rendus seront réguliers. C’est la clé de la confiance et de l’efficacité. « Nous devons faire plus confiance à nos territoires et nos élus, leur redonner des marges de manœuvre. C’est ce que nous allons faire avec le projet de loi sur la différenciation territoriale. » Yaël Braun-Pivet, Conseillère municipale et Présidente de la Commission des Lois à l'AssembléeLa crise du covid-19 a-t-elle modifié votre vision du rôle de l’élu local ? Les élus locaux sont les piliers de la République sur nos territoires : la crise l’a confirmé avec force. Elle a renforcé ma conviction que nous devons consolider la coopération entre élus, entre échelons locaux et nationaux : nous ne sommes jamais aussi efficaces au service des Français que lorsque nous agissons main dans la main. Elle a aussi renforcé ma conviction que nous devons faire plus confiance à nos territoires et nos élus, leur redonner des marges de manœuvre. C’est ce que nous allons faire avec le projet de loi sur la différenciation territoriale. En tant que députée, présidente de la commission des Lois et élue locale, je veillerai à ce que ce pari de l’intelligence collective soit tenu !

  • Conseil de défense écologique : Barbara Pompili présente des mesures concrètes
    le juillet 26, 2020 à 10:00

    Première étape dans la traduction concrète de la Convention citoyenne pour le climat. Ce lundi 27 juillet, le Conseil de défense écologique s’est réuni et a annoncé des premières mesures réglementaires inspirées des propositions de la Convention citoyenne. La rénovation thermique des bâtiments, la lutte contre l’artificialisation des sols et la maîtrise de la consommation de l’énergie étaient à l’ordre du jour. Trois axes, identifiés par la Convention citoyenne pour le climat, ont guidé les décisions prises dans le cadre du Conseil de défense écologique : la rénovation thermique des bâtiments, la maîtrise de la consommation d’énergie, et la lutte contre l’artificialisation des sols. pic.twitter.com/rrUW3bQgZp— Barbara Pompili (@barbarapompili) July 27, 2020 Rénovation thermique et maîtrise de la consommation de l’énergie Pour lutter contre les passoires thermiques, le Conseil de défense a annoncé l’introduction par décret de la notion de performance énergétique parmi les critères de la décence d’un logement dès le 1er janvier 2023. Il sera ainsi possible pour les locataires concernés, qui consomment plus de 500 kWh au m² par an, d’exiger au propriétaire de faire des travaux. Un juge pourra être saisi en cas de refus de la part du propriétaire et pourra décider de suspendre le versement des loyers. « Demain, pour être décent, un logement devra être bien isolé et bien chauffé. C’est une avancée écologique et sociale. » Barbara Pompili, ministre de la Transition écologiqueAutre annonce majeure concernant le logement : à partir de janvier 2022, il ne sera plus possible de remplacer les chaudières fioul ou charbon en panne par des chaudières fioul neuves. Il faudra la remplacer par une chaudière plus vertueuse, au gaz ou par une pompe à chaleur. Par ailleurs, il sera interdit dès le 1er janvier 2021 d’installer une chaudière à fioul ou au charbon dans un logement neuf. Les aides pour la rénovation énergétique seront ainsi renforcées, a déclaré Emmanuelle Wargon, ministre déléguée en charge du logement. Le budget du dispositif “Ma prime renov”, aujourd'hui de 800 millions d’euros, sera augmenté de 2 milliards d’euros. “Nous allons interdire le chauffage extérieur sur l'espace public, les terrasses”, a annoncé Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique. “Nous voulons laisser le temps aux restaurateurs, qui ont été fortement éprouvés par la crise sanitaire, de s’organiser, nous rendrons ces mesures obligatoires à la fin de l’hiver prochain”, a précisé la ministre. Il sera également imposé de fermer les portes de tous les bâtiments chauffés ou climatisés ouverts au public. Deux parcs naturels régionaux supplémentaires Enfin, dans la lignée des engagements du Président de la République, le conseil de défense a pris des décisions permettant d’accélérer la protection de 30% de notre territoire en faveur de la biodiversité. Ainsi, deux parcs naturels régionaux seront créés, au mont Ventoux, dans le Vaucluse, et dans la baie de Somme, en Picardie. La forêt de la Robertsau, en Alsace, deviendra quant à elle une réserve naturelle nationale. « Une des leçons de la crise actuelle est de nous rappeler la nécessité de repenser la place de la nature au sein de notre société. » Barbara Pompili, ministre de la Transition écologiqueLe conseil de défense écologique s’est également penché sur l’artificialisation des sols en reprenant l’objectif de la Convention citoyenne : diviser par deux le rythme de bétonisation dans la prochaine décennie notamment grâce à la réhabilitation de centaines d’hectares de friches industrielles. Une circulaire sera notamment envoyée aux préfets afin d’éviter la construction de nouveaux projets commerciaux susceptibles de détruire des terres agricoles ou des espaces naturels. Avec ces premières mesures, “ce Conseil de défense restera probablement comme celui du début d’un basculement dans l’histoire urbaine du pays”, a déclaré la ministre.

  • Un jeune, une solution : 6,5 milliards d’euros pour la jeunesse
    le juillet 23, 2020 à 10:00

    La crise sanitaire a particulièrement touché notre jeunesse, qui risque de subir de plein fouet la crise économique. Le Gouvernement a décidé d'en faire sa priorité, le Premier ministre a donc annoncé hier un investissement sans précédent de 6,5 milliards d’euros pour l’insertion des jeunes. #COVID19 Pour accompagner les #jeunes au sortir de la crise, le Premier ministre @JeanCASTEX a lancé hier avec @Elisabeth_Borne, @jmblanquer et @VidalFrederique, le plan #1Jeune1Solution.Découvrez les principales mesures de ce plan pic.twitter.com/z3IzWpCAUo— Gouvernement (@gouvernementFR) July 24, 2020 Ce plan se déclinera autour de 3 piliers : faciliter l’entrée dans la vie professionnelle : en incitant les entreprises à embaucher des jeunes grâce à une baisse du coût du travail, permise par une compensation de cotisations à hauteur 4 000 euros pour toute embauche d’un jeune de moins de 25 ans, et ce jusqu’à 2 SMIC ; orienter en formant 200 000 jeunes dans les secteurs et métiers d’avenir : formations qualifiantes dans la transition écologique ou encore le numérique ; ne laisser personne sur le bord de la route : 300 000 parcours et projets d’insertion sur mesure pour accompagner les jeunes les plus éloignés de l’emploi. Comme l’a annoncé le Premier ministre, les étudiants ne sont pas oubliés dans ce plan, avec deux mesures fortes. Tout d’abord par un soutien renforcé pour les jeunes en alternance avec 200 euros de plus pour les mineurs et 500 euros de plus pour les 18/25 ans. Ensuite avec le ticket resto’ U à 1 euro pour les étudiants boursiers (contre 3,3 euros aujourd’hui) ainsi que le renforcement des prêts-études garantis par l’Etat. Pour encourager l’embauche de 450 000 jeunes de moins de 25 ans qui entrent sur le marché du travail à la rentrée, l’Etat crée une compensation de charges de 4000€ à destination des entreprises. #1jeune1solution pic.twitter.com/MXEMOLgAz1— Elisabeth BORNE (@Elisabeth_Borne) July 23, 2020 “Les plus jeunes, les plus vulnérables, quand il y a une crise qui s'amplifie, sont les plus concernés”, a déclaré Jean Castex confirmant que la jeunesse est la priorité des 600 jours. Le Premier ministre a rappelé sa méthode “fixer des objectifs, dégager des moyens substantiels c’est bien ; si nous ne nous préoccupons pas de leur mise en oeuvre, nous n’atteindrons pas le résultat escompté”. Les aides pour les contrats d’apprentissage ont ainsi été confortées par les parlementaires cette semaine et élargies aux étudiants de master : 5 000 euros pour un contrat d’un apprenti mineur et 8 000 euros pour un majeur jusqu’à 25 ans. Aucune jeune sans solution à la rentrée !Emploi, pouvoir d'achat et formation : 1 minute 30 pour comprendre le plan exceptionnel du gouvernement en faveur de la jeunesse. #PlanJeunesse pic.twitter.com/QfUMZzon77— Ambroise Méjean (@Ambroise_Mejean) July 23, 2020