LIVRES

Livres : Toute l'actualité sur Le Monde.fr. Livres - Découvrez gratuitement tous les articles, les vidéos et les infographies de la rubrique Livres sur Le Monde.fr.

Actualitté - Une page de caractère La dimension humoristique - Actualitté - Une page de caractère

  • De la bande dessinée au musée : une journée pro à Amiens
    par contact@actualitte.com (trimFlorent D.)) le mars 21, 2019 à 4:50

    Chaque année, l'association On a Marché sur la Bulle organise dans le cadre des Rendez-Vous de la Bande Dessinée d'Amiens une journée professionnelle ouverte à tous et rassemblant des intervenants aux approches variées autour d'une thématique liée au 9e Art. ActuaLitté, CC BY SA 2.0     Cette année, la journée professionnelle sera consacrée à deux thématiques : la relation entre musées et bande dessinée le matin, la reprise de personnages emblématiques l'après-midi. Forts de leurs expériences, treize intervenants sont invités à partager leur point de vue et leur façon d'envisager ces sujets.  Autour de tables rondes, la matinée sera consacrée la question des enjeux et des bénéfices respectifs des relations entre les musées et le 9e Art. L'après-midi, auteurs et éditeurs aborderont les problématiques artistiques et économiques liées aux reprises de personnages, à travers les exemples de Batman et Blake et Mortimer.   Cette journée réunira en tables rondes des acteurs d'horizons différents comme Xavier Bétaucourt, auteur de Sortir de Terre, enquête illustrée consacrée à la vie autour du musée du Louvre Lens, Jenny Robb, conservatrice et professeur associée au Billy Ireland Cartoon Library & Museum, Fabrice Douar, directeur éditorial au Louvre ou encore Enrico Marini, auteur de The Dark Prince Chamring et François Schuiten, Jaco Van Dormael et Thomas Gunzig, auteurs de Blake et Mortimer.   2020, année de la BD en France La journée sera animée par Alexandra Oury, journaliste indépendante amiénoise dont le parcours est marqué par la médiation autour de la littérature sous toutes ses formes. Le programme est à retrouver ci-dessous. […]

  • Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie aura droit à son adaptation
    par contact@actualitte.com (trim Camille Cado)) le mars 21, 2019 à 4:24

    Lupita Nyong'o, actrice notamment vue dans Black Panther, a annoncé son nouveau projet : elle adaptera le roman à succès de l’écrivaine nigériane Chimamanda Ngozi Adichie, Americanah (traduit par Anne Damour, Gallimard) en mini-série.    « Mon rêve ? Réaliser Americanah, et c’est en train de se concrétiser », a déclaré Lupita Nyong'o. « Cela va arriver dans un avenir proche. Cela fait longtemps que je m’y prépare et je suis plus que prête à m’engager dans ce projet. » L’actrice et réalisatrice mexico-kényane a acheté les droits du roman de Chimamanda Ngozi Adichie en 2014. Elle a immédiatement collaboré avec Danai Gurira pour l’écriture du scénario, que l’on retrouve aussi dans le film Black Panther.  Ce sera la troisième fois que Nyong'o et Gurira travaillent ensemble. Avant de jouer Nakia et Okoye dans Black Panther, Gurira a écrit une pièce de théâtre pour Broadway intitulée Eclipsed et portée par l’oscarisée Lupita Nyong'o en 2015.  Selon les dernières informations, David Oyelowo devrait partager l’affiche avec Lupita Nyong'o. Plan B Entertainment, la société de Brad Pitt, devrait produire l’adaptation.    Barack Obama et “la tradition littéraire africaine” Americanah est le quatrième ouvrage de Chimamanda Ngozi Adichie publié en 2013. Il suit le parcours d’une jeune femme nigériane qui a émigré aux États-Unis, et qui est confrontée à la pauvreté, mais aussi à la discrimination, jusqu’au jour où elle devient une blogueuse célèbre. Le résumé de l'éditeur :    Ifemelu quitte le Nigeria pour aller faire ses études à Philadelphie. Jeune et inexpérimentée, elle laisse derrière elle son grand amour, Obinze, éternel admirateur de l’Amérique qui compte bien la rejoindre.  Mais comment rester soi lorsqu’on change de continent, lorsque soudainement la couleur de votre peau prend un sens et une importance que vous ne lui aviez jamais donnés?  Pendant quinze ans, Ifemelu tentera de trouver sa place aux États-Unis, un pays profondément marqué par le racisme et la discrimination. De défaites en réussites, elle trace son chemin, pour finir par revenir sur ses pas, jusque chez elle, au Nigeria.  À la fois drôle et grave, doux mélange de lumière et d’ombre, Americanah est une magnifique histoire d’amour, de soi d’abord mais également des autres, ou d’un autre. De son ton irrévérencieux, Chimamanda Ngozi Adichie fait valser le politiquement correct et les clichés… via P.M. News […]

  • La France plus proche encore de l'Inde, par la littérature
    par clements@actualitte.com (trimClément Solym)) le mars 21, 2019 à 4:11

    L’Inde ouvrira ses merveilles, plus que ne jamais, avec l’invitation donnée par la France à venir l’an prochain, briller au salon du livre de Paris. En effet, le pays apportera sa littérature dans les couloirs de la Porte de Versailles, en qualité de pays invité d’honneur. Et à cette occasion, les maisons d’édition française pourront bénéficier d’un soutien dans la traduction d’œuvres. Nick Kenrick, CC BY 2.0   Vincent Monadé, président du CNL, a porté le taux de subvention aux éditeurs pour la traduction d’ouvrages en langues indiennes (langues reconnues par la Constitution de la République d’Inde, anglais inclus lorsque le projet concerne la traduction d’une œuvre d’un auteur indien publié en Inde) vers le français, ainsi que le taux de subvention aux éditeurs pour la traduction d’ouvrages français vers les langues indiennes (langues reconnues par la Constitution de la République d’Inde, anglais inclus lorsque les droits de l’œuvre française sont destinés au marché indien), à 70 % pour les projets examinés en commission au cours des années 2019 et 2020.  Les critères d’éligibilité et d’examen des dossiers sont inchangés, conformément au règlement des aides 2019.  Le Président du @SNEedition et du @Salondulivre @VincentMontagne est très heureux d’annoncer que les lettres indiennes seront à l’honneur de #LivreParis2020 pour la 40ème édition du salon. pic.twitter.com/HJsGB0m3bD — Syndicat national de l'édition (@SNEedition) March 18, 2019 Acteur majeur de la diversité culturelle et littéraire à travers les aides qu’il accorde aux professionnels de la chaine du livre, le CNL compte parmi ses dispositifs des subventions à destination des éditeurs pour la traduction du français vers les langues étrangères ou des langues étrangères vers le français.  Dans le cadre de sa mission, le CNL attribue également des bourses de séjour aux traducteurs du français vers les langues étrangères ou des langues étrangères vers le français. Chaque année, plus de 500 projets de traduction à partir du ou vers le français sont soutenus par le CNL.&nbs […]

  • Philippe d’Adhemar devient Président de COPACEL
    par cecilem@actualitte.com (trimCécile Mazin)) le mars 21, 2019 à 4:04

    Le Conseil d’Administration de l’Union Française des Industries des Cartons, Papiers et Celluloses, réuni le 21 mars 2019 à Paris, a élu Philippe d’Adhemar (société International Paper), Président de COPACEL à compter de ce jour. Il succède à Agnès Roger (société Arjowiggins) qui occupait ce poste depuis le 17 décembre 2015.  domaine public   Philippe d’Adhemar, élu pour deux ans, a tenu à lui rendre hommage : « Je souhaite remercier vivement Agnès Roger au nom de toutes les entreprises membres de COPACEL pour son implication dans des dossiers importants pour notre industrie, par exemple ceux liés à l’économie circulaire, à l’énergie, ou encore au centre technique de la Profession. »  Agnès Roger reste membre du Bureau de COPACEL qui viendra en appui du Président. Ce Bureau est également composé de Philippe GAUDRON (Fibre Excellence), Nikita MULARD (Ahlström Munksjö), et Rémi POIRSON (Smurfit Kappa).  En conclusion du Conseil d’Administration, Philippe d’Adhémar a souiaite « avec l’appui des membres du Conseil d’administration et de toutes les entreprises, je vais veiller à ce que soit mise en œuvre le feuille de route de notre organisation professionnelle, notamment afin que notre industrie gagne en compétitivité et soit reconnue comme un acteur majeur de la bioéconomie et de l’économie circulaire ».  Philippe d’Adhemar est ingénieur diplômé de l'École centrale de Lille. Il a commencé sa carrière au sein de cabinets de conseil (Cap Gemini...) puis a rejoint l’industrie papetière en 1991 en prenant diverses responsabilités au sein du groupe MoDo.  En 1996, Philippe d’Adhemar a intégré le groupe International Paper, où il a occupé des fonctions opérationnelles puis de direction générale au sein de plusieurs entités du groupe dans le domaine de la fabrication et de la transformation des papiers et cartons, et ce aussi bien en France qu’à l’étranger.  Il est actuellement PDG d’International Paper SA, et a notamment la responsabilité du site de fabrication de papier ramette de Saillat (Haute-Vienne). Au cours de sa carrière papetière, il a exercé différents mandats au sein d’organisations professionnelles en charge des papiers à recycler et des papiers et cartons d’emballage.  &nbs […]

  • Des lectures de drag queens en bibliothèque annulées, pour raisons de sécurité
    par contact@actualitte.com (trim Camille Cado)) le mars 21, 2019 à 4:00

    Depuis 2017 à Houston, une ville du sud des États-Unis, un groupe de drag queens organise des ateliers de lecture dans plusieurs bibliothèques. Seulement voilà, après une plainte déposée contre un des établissements, le harcèlement permanent et les violentes manifestations à l’égard des drag queens, elles ont annoncé la fin de ces « Drag Queen Storytime ». Une « Drag Queen Storytime », à la San José Public Library (San José Public Library, CC BY-SA 2.0)   La polémique autour des drag queens qui organisent des ateliers de lecture pour enfants ne cesse d’agiter la toile. Pas plus tard qu’hier, ActuaLitté rapportait que la bibliothèque Louise Michel à Paris avait connu une vague de harcèlement suite à ce genre d’atelier. L’établissement avait reçu plus de 400 messages de haine en quelques jours. C’est aujourd’hui dans le sud des États-Unis que l’affaire attise la controverse. Après une longue et décourageante saga, la bibliothèque publique de Houston a décidé de mettre fin au « Drag Queen Storytime ». La décision est partagée par les drag queens, Trent Lira et Devin Will, qui ont tenu à expliquer leur départ. « Notre programme Drag Queen StoryTime est devenu un sujet de conversation incontournable et tout le monde a une opinion bien arrêtée », ont-elles expliqué. « Certains pensent que c’est un excellent moyen de promouvoir l’acceptation de soi ; d’autres croient que c’est une forme d’endoctrinement et de perversion sexuelle. » Et de rappeler : « Lorsque nous avons lancé la Drag Queen Storytime de Houston en septembre 2017, ce n’était pas un succès. Notre atelier réunissait souvent pas plus de 5 enfants. Une histoire autour de Noël avait ensuite attiré une foule plus nombreuse, mais dans l’ensemble, nous n’étions pas particulièrement populaires. Et on s’en foutait, parce que les familles qui ont assisté ont adoré. Les habitants du quartier et des environs souhaitaient que leurs enfants acceptent les autres et quel meilleur endroit pour commencer que la bibliothèque ? »   "C'est devenu une controverse nationale" Et si au début tout paraissait idyllique, les drag-queens ont ensuite connu une descente aux enfers. D’abord, un groupe qui se désigne comme « les adeptes du Christ » qui portent plainte contre le maire Sylvester Turner et la directrice générale de la Bibliothèque publique de Houston, Rhea Lawson, en octobre. Les manifestations se sont ensuite multipliées et intensifiées, devenant de plus en plus violentes.  Tex Christopher, un des opposants qui a porté plainte, venait assister à tous les ateliers. « Il observait d’un coin de la pièce, attendant toute occasion de prouver que ce que nous faisions était abominable. C’était dur d’animer ces ateliers, tout en sachant qu’il nous jugeait et pire, qu’il nous haïssait. »   En janvier, un des manifestants devant la bibliothèque avait été arrêté après avoir refusé de quitter les lieux. La police avait ensuite découvert qu’il portait une arme sur lui. « Nous croyons en ce que nous faisons, mais nous ne croyons pas à la mise en danger de nos amis, de nos familles ou de ces enfants », ont déclaré Trent Lira et Devin Will. Mais l’élément déclencheur a été vendredi dernier, lorsque les organisateurs de ces ateliers ont appris qu’une des anciennes drag queens qui venait animer ces ateliers était « un délinquant sexuel » qui avait était condamné en 2009. Cette information a bien sûr ravi les opposants qui ont pu s’appuyer sur cet élément concret pour dénoncer le danger que ces ateliers représentaient.  Au Québec, Hansel et Gretel au coeur d'une grande controverse Cependant, les organisateurs affirment n’avoir jamais été au courant de cette information et avoir fait une erreur dans la vérification des antécédents. Sauf que voilà, la haine ne s’est pas propagée sur la personne en question, mais bien sur Blackberri, la populaire drag queen de Houston, qui est vite devenu le « défouloir ». « Si la bibliothèque publique de Houston a toujours soutenu les Drag Queens Storytime », assurent-elles, « on pense qu’il est temps de nous arrêter. [...] Ce qui a commencé comme un événement communautaire amusant est devenu une controverse nationale. Les gens sont menacés. Les gens sont blessés. » Via Houstonia Magazin […]